AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -78%
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
Voir le deal
23.95 €

Partagez | 
 

 La Plume d'Izumi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Izumi
Féminin Messages : 377
Âge : 25
Localisation : Franche-Comté
Emploi/loisirs : IUT Information-Communication
Date d'inscription : 18/09/2011
Izumi

Intéressé



La Plume d'Izumi Vide
MessageSujet: La Plume d'Izumi La Plume d'Izumi EmptyMar 25 Oct - 9:34

Après un long moment d'hésitation, j'ai décidé de publier un texte que j'ai écrit lorsque j'avais 14 ans. Depuis, j'ai écris d'autres petites histoires et d'autres textes mais je ne sais pas encore si je les publierai. En fait, j'ai un manque de confiance en moi... Mais j'ai décidé de vous faire partager ma passion avec cette première petite nouvelle, qui j'espère, vous plaira :

Dans ce monde tout blanc, recouvert par la neige et où aucune fleur ne pousse, était bâtit une seule et unique maison. Sur le parquet de l'unique pièce de cette maison dormait une petite fille aux longs cheveux dorés. Elle ne portait qu'une petite robe blanche et n'avait pas de chaussure. Dans ce monde, il n'y avait pas de soleil mais il ne faisait pas nuit. La petite fille n'avait pas de prénom et n'avait pas de famille. Elle ne devait pas avoir plus de 11 ans. L'enfant était seule et ne savait pas comment elle était arrivée dans ce monde.

La gamine ouvrit un oeil, vide de sentiment. Elle sortit de la maison. Ses petits pieds s'enfoncèrent dans la neige. Bizarrement, la gamine n'avait pas froid. Elle se mit à marcher jusqu'à un tas d'outils et d'objets rouillés. Elle ne savait pas ce que cela faisait là mais elle s'accroupit et prit plusieurs choses de ses petites mains blanches. La petite fille revint dans la maison. Elle posa sa trouvaille par terre et réfléchit. Comme elle en avait assez d'être seule, elle décida de se créer un ami rien qu'à elle, avec qui elle pourrait parler et partager des secrets. Elle s'assit à côté des objets rouillés et se mit au travail. Elle tenta toute la journée de fabriquer quelque chose ressemblant à une personne. Au final, ce fut un petit robot au nez rouge qui se retrouva en face d'elle. La petite l'observa longtemps et dit :

«bienvenu, mon ami. Comment t'appelles-tu ?»

Mais le robot ne répondit pas. Alors, elle le prit par la main et continua :

« Viens avec moi, je vais te montrer pleins de choses.»

Mais le robot ne réagit pas. Quand elle tenta de le lâcher, il tomba à terre et perdit l'un de ses deux yeux faits avec des boulons rouillés. La petite fille s'assit et le recolla. Elle regarda sa création, la secoua et comprit qu'elle ne réagirait pas. Elle ne savait pas pourquoi le robot ne bougeait pas. Elle ne voyait pas que ce n'était qu'une carcasse d'objets sans vie.

Réalisant que le robot ne lui parlerait jamais, elle commença à se demander si elle n'était pas condamnée à vivre seule dans ce monde sans chaleur. Elle serra son robot contre elle et se recroquevilla sur le plancher. Elle se sentait encore plus seule qu'auparavant. Soudain, elle eut une drôle de sensation au fond d'elle. Un sentiment de révolte et de tristesse plus fort et plus intense que celui qu'elle a déjà put ressentir. Alors, pour la toute première fois de sa vie, une unique larme s'échappa de ses yeux saphirs et tomba sur l'ampoule rouge de la machine que lui servait de nez. La petite fille fut très surprise lorsqu'elle sentit quelque chose de mouillée sur sa joue. Elle ne savait pas ce que c'était de pleurer. Vaincue par la fatigue, elle ne chercha pas à comprendre et s'endormit. Pressé contre sa poitrine, le nez du robot s'alluma.

À son réveil, elle ne sentit plus sa création contre elle et se releva paniquée. Elle chercha tout autour d'elle et la vit, debout devant elle, que la regardait. Elle s'accroupit et se frotta les yeux à l'aide de ses petits poings, croyant rêver. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, le robot lui touchait la joue de sa main en métal. La sensation était froide mais agréable. Un magnifique sourire, un de ceux qu'on réserve pour les plus beaux moments de notre vie, illumina le visage pâle de l'enfant. Elle prit son robot dans ses bras et se mit à tournoyer.

«T'es vraiment vivant ? Pour de vrai ?»

Le robot acquiesça dans un bruit de grincement. La petite s'arrêta de virevolter et le regarda. Elle posa son petit index sur la bouche métallique de son ami et dit :

« Tu ne peux pas parler ?»

La machine fit non de la tête. La petite lui caressa le haut de la tête en disant :

«Ça ne fait rien, tu es vivant et c'est tout ce qui compte !»

Alors, elle lui prit la main et tous les deux sortirent dehors. Ensembles, ils firent un bonhomme de neige. Bien que le robot ne puisse pas sourire, il était heureux de jouer avec l'enfant et voulait rester ainsi pour toujours. Quand à la petite fille, elle n'avait jamais été aussi joyeuse. Elle avait enfin un ami qui jouait avec elle. En un rien de temps, le petit robot créer de ses propres mains était devenu sa seule et unique famille. Elle allait réellement être heureuse et grandir dans la joie.

La gamine roulait des grosses boules de neiges à l'aide de ses mains nues mais dût s'arrêter car elle ressentit une douleur au niveau de ses doigts. Son ami le remarqua et accouru vers elle.

«C'est froid, dit-elle, je n'avais jamais ressentit ça. Avant la neige ne me faisait rien mais maintenant j'ai froid
et pas seulement dans les mains, tout mon corps est gelé et je ne sens plus mes pieds. Pourquoi ?»

Le robot prit la main de la petite fille et l'emmena à l'intérieur. La gamine s'assit contre le mur de la pièce et se mit à trembler. Elle ne savait pas ce qu'il lui arrivait mais elle était effrayée, d'une peur indéfinissable. Elle sentait ses forces lui échapper. La machine vint s'accroupir vers elle et la serra fort contre lui.

« Qu'est-ce qui m'arrive ? Je n'avais jamais rien sentit au contact de la neige. C'est seulement depuis ce matin.»

Le robot se mit à réfléchir. Et si c'était à cause de lui ? Il se rappela comment il avait prit vie. Il était né à partir d'une larme de l'enfant. En réfléchissant plus longuement il réalisa que la petite fille se mettait à ressentir différentes choses à son contact comme la tristesse, qu'elle n'avait jamais éprouvée. Elle n'avait encore jamais pleurer avant de le créer. D'ailleurs, elle ne savait pas ce qu'était une larme. Lorsqu'elle l'avait vu debout, elle avait ressentie une joie immense qu'elle n'avait jamais éprouvée dans son petit cœur dépourvu de sentiment. Elle s'était même mise à sourire. Le robot comprit avec un mélange de bonheur et d'effroi qu'il était en train de réveiller toutes les sensations qui sommeillaient en elle.

Il aurait aimé lui exposé son hypothèse mais il ne pouvait pas parler. Il essaya de se faire comprendre par des gestes mais c'était inutile. Il regarda son amie et vit sa peau si blanche parcourue de nombreux frissons, l'éclat, qui était né dans ses yeux, disparaître petit à petit et son visage qui était devenue si lumineux, redevenir de pierre. Il voyait son amie si précieuse mourir devant lui. Il savait que le seul moyen de la sauver était de quitter ce monde mais comment ? Comme si l'enfant avait lu dans ses pensée, elle dit :

« Il faut que nous partions d'ici. J'ai une idée.»

Elle se leva faiblement, ses petites jambes se dérobant sous son poids. Elle tomba plusieurs fois sur le plancher de la maison devenu à présent glacé. Aidé par son ami robot qui la soutenait, elle se releva et regarda droit devant elle. Ils sortirent et la petite s'effondra dans la neige. La machine, affolée, la secoua mais l'enfant ne bougeait pas. Au bout de quelques minutes, la petite rouvrit les yeux et se redressa difficilement. Elle titubait et chaque pas qu'elle faisait dans la neige était un supplice pour ses petits pieds devenus extrêmement sensible au froid. Ils continuèrent à marcher jusqu'au tas d'objets rouillés. La gamine se pencha et dit :

«nous allons construire un objet volant qui nous permettra de partir d'ici.»

Le robot acquiesça . Ils se mirent ensemble au travail. Ils construisirent l'engin pendant des jours et des jours. Au bout d'une semaine, la gamine ne pouvait plus sortir de la maison tellement elle avait froid. Le robot décida de construire leur machine volante tout seul. Il réussit à le finir au bout de 3 semaines. Lorsqu'il revint dans la petite maison, l'enfant était allongée par terre, les yeux clos, et avait du mal à respirer. Il se dépêcha de la relever et de l'emmener dehors mais lorsqu'ils franchirent le seuil de la porte, la gamine s'arrêta net.

«Qu'est-ce que c'est?» articula difficilement la petite fille.

Elle ne savait pas mais elle trouvait ça magnifique. Des lumières dorées, semblables à des lucioles, volaient dans les airs. Lorsqu'elle essaya d'en attraper une, celle-ci disparut. Le robot, lui, ne les voyait pas et tirait sur le bras de son amie pour la faire avancer jusqu'à la machine volante. Il savait que le temps pressait. La petite fit encore quelques pas mais s'arrêta.

« laisse-moi contempler ces magnifiques lumières»

Le robot ne comprenait pas ce qu'elle disait puisque lui ne voyait rien. L'enfant lâcha la main de son ami et se mit à courir dans la neige, autour de ses choses lumineuse que seuls ses yeux redevenus livides voyaient. Son ami courait derrière elle, tentant tant bien que mal de la rattraper. L'enfant essaya encore une fois d'attraper ces lumières mais elle tomba au bout de quelques mètres. Le robot se précipita vers elle et tenta de la relever mais n'y parvint pas. Il était complètement paniqué et ne savait pas quoi faire. La petite fille ne bougeait plus.

Lorsque l'enfant ouvrit les yeux, elle se trouvait dans un endroit au mur blanc encore une fois. Il n'y avait aucun son ni aucune odeur. Elle découvrit avec bonheur qu'elle n'avait plus froid. Elle toucha alors son visage mais ne sentit rien, ni la sensation de ses doigts sur sa peau, ni la douceur de sa joue. Elle ne comprenait pas ce qu'il se passait mais elle était envahie d'un sentiment de paix et de calme, une sensation qu'elle n'avait jamais éprouvé. Dans ce monde silencieux, il n'y avait pas de neige, ni de maison. En regardant en dessous d'elle, elle vit qu'elle volait. Lorsque son pied nu toucha terre, le sol devint herbe. Des kilomètres et des kilomètres de ce vert qu'elle n'avait encore jamais vu mais qui la rendit heureuse. Elle se mit à marcher avec bonheur en cherchant du regard son ami robot. Elle gravit une colline et au sommet de celle-ci, quelque chose de jaune se trouvait par terre. Elle s'en approcha et vit une fleur. Une seule et unique petite fleur plantée là. Elle se pencha et fut saisie d'émerveillement. La gamine prit la plante dans ses petites mains et la sentit. Elle avait une si bonne odeur ! L'enfant ressentit une chaleur l'entourer et ferma les yeux, la fleur serrai dans ses deux petites paumes.

Dans le monde recouvert de neige, le cœur de la petite fille s'arrêta de battre et le nez du robot s'éteignit. La machine tomba sur le corps inerte de l'enfant et se brisa. Les pièces de tôles et de ferrailles rouillées qui la constituaient furent emportées par le vent. Des flocons se mirent à tomber et recouvrirent la gamine jusqu'à ne plus voir un seul morceau de sa peau.

[size=18][center]FIN ![/center][/size]

J'accepte toute critique, qui me permettrai de m'améliorer.

P.S : je participe à un concours d'écriture organisé dans ma région donc dites-moi tout de suite si c'est peine perdue ou non ^^
Revenir en haut Aller en bas
 

La Plume d'Izumi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une plume en poésie. (acrostiche)
» Gros problème(porte plume)
» (Coll) Plume au vent (Ed de Seine)
» Collaboration littéraire (JDR) : Valorisez votre plume !
» Stylo PLUME

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kehai-Fansub-Forum :: FAN-FICTIONS-