AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Thirst

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sweety
Féminin Messages : 470
Âge : 30
Localisation : chez ma copine bibi
Emploi/loisirs : Femme Officielle de Song Seung-Heon et maitresse officielle de KAng dong won
Date d'inscription : 12/09/2008

Intéressé



Thirst Vide
MessageSujet: Thirst Thirst EmptyMer 27 Mai - 13:20

Thirst
Corée du Sud 2009, 133 min.
Mise en scène: Park Chan-Wook
Avec Eriq Ebouaney, Kang-ho Song, Ha-Kyun Shin, Mercedes Cabral, Ok-bin Kim

Thirst 19040076
Thirst 19040073
Thirst 19040072
Thirst 19105910

Un prêtre engagé se transforme en vampire animé par le désir de chair et de sang.

Synopsis: Sang-hyun est un prêtre très engagé et très apprécié par sa petite communauté. Par générosité et amour de son prochain, il participe à une expérience durant laquelle il est infecté par un virus mortel. Il n'en meurt pas, mais sa vie est transfigurée...


Critique: On ne peut pas dire que Park Chan-Wook, le réalisateur sud-coréen, facilite la tâche de ses fans. Suite au succès de sa trilogie sur la vengeance ("Sympathy for Mr. Vengeance", "Old Boy" und "Sympathy for Lady Vengeance"), il avait complètement changé de genre et déconcerté ses fans avec "I'm a Cyborg, But That's OK", une histoire complexe et sympathique au sein d'une institution fermée. Aujourd'hui encore, il nous surprend avec un film radicalement différent.

Park Chan-Wook nous livre, par analogie, une belle interprétation lorsqu'il compare ses cinq derniers films à un menu: la trilogie sur la vengeance correspond aux trois plats principaux, "I'm a Cyborg, But That's OK" est le dessert, ''Thirst'' est l'addition.

Effectivement, ''Thirst'' est une sorte de règlement de compte, et pas seulement un film de vampires romantique, comme on pourrait le croire au premier abord. Ce n'est certainement pas un hasard si ce prêtre modèle de l'église catholique, présenté comme un homme généreux et désintéressé, se transforme en vampire animé par le désir de chair et de sang.

En période de recession, le film de vampire a toujours le vent en poupe. Tout commence en 1922 avec Murnau et son chef d'oeuvre expressioniste, ''Nosferatu'', avec Max Schreck dans le rôle principal. A cette époque, le vampire était encore plein de retenue et quasiment 'vierge'; en 1979 en revanche, dans le film de Herzog, ''Nosferatu, le fantôme de la nuit'', le vampire incarné par Klaus Kinski donne libre cours à ses pulsions et sa passion.



Park Chan-wook exploite avec un plaisir évident la dimension sexuelle du mythe : en Corée du Sud, le film est d'ailleurs interdit au moins de 18 ans. Un scène, en particulier, dans laquelle on voit pendant quelques secondes le sexe de l'acteur principal -Song Kang-Ho, qui est une grandes des stars du cinéma coréen- a provoqué un véritable émoi: des scènes ultra-violentes n'offusqueraient personne, mais le sexe en revanche, c'est tabou.

Visuellement, ''Thirst'' est fascinant et porte indubitablement la marque de son metteur en scène. La caméra, toujours en mouvement dans le sillage des personnages, crée un sorte d'aspiration, un courant dans lequel on se laisse volontiers emporter. Chaque image paraît travaillée et harmonieuse, contrastant ainsi avec l'action, le casting est bon et le jeu des acteurs aussi.


trouve sur le site festival de cannes .



[url]